Sur le chemin du retour

Article paru dans le Journal de Montréal le 17 juin 2007

Comme les vents annoncés dans les prochains jours sont favorables, nous quittons l’Intracoastal et prenons la mer pour retrouver les grands espaces et notre tranquillité d’esprit… Nous décidons de donner un grand coup et naviguons 4 jours et 4 nuits dans des conditions de vent presque parfaites : vents au portant et mer plate. Dès le départ, nous renouons avec le plaisir de la pêche et attrapons deux belles grosses prises de plus de 90 centimètres en moins de deux heures. Le thazard blanc moucheté se révèlera un excellent poisson que nous dégusterons à différentes sauces.

Les nuits seront parfois assez troublantes puisque le ciel se fendra d’éclairs aux couleurs de feu et nous impressionnera pendant de longues heures. Heureusement, nous n’aurons pas à gérer la foudre de trop près et nous éviterons chaque fois les orages. Même si Marc tente de me rassurer en m’expliquant patiemment le principe de la cage de Faraday, j’avoue avoir quelques frissons lorsque je vois ces zébrures à l’horizon. Comme notre bateau est en aluminium, nous serions comme dans une cellule de protection et les éclairs ainsi que leur décharge électrique ne pourraient nous atteindre. Mais la théorie m’endort et les éclairs m’énervent encore !

Comme nous arrivons près de la baie de Chesapeake, nous réalisons que nous en sommes à nos derniers milles sur l’eau avec une pointe de nostalgie. Être en mer nous permet de vivre pleinement avec les astres une expérience inoubliable qui ne cesse de nous émouvoir. Il y a cette boule de feu qui met son pyjama rose orangé et invite gentiment les filles à l’imiter. Puis, mars et vénus, plus grosses et plus brillantes que toutes les autres étoiles, se sont mis bien en vue pour nos dernières nuits en mer. Finalement, soucieuse de ne pas voler la vedette, la lune en croissant doré nous a fait l’honneur de se montrer en milieu de nuit. Ce contact privilégié avec le ciel fera certainement partie de nos meilleurs souvenirs de voyage.

Notre entrée dans la baie se fera de nuit et nous aurons du mal à reconnaître toutes ces sources de lumières. Bouées lumineuses, phares, feux de navigation de bateaux, lumières côtières nous éblouissent et nous font penser à des guirlandes de Noël. L’oeil vif, nous sommes aux aguets et tentons de tout identifier correctement pour savoir où aller avec précision. Marc restera éveillé plus longtemps et se chargera de cette arrivée délicate pendant que je tenterai de sommeiller bien au chaud. La remontée vers le nord a sensiblement rafraichit nos nuits et nous ressortons polars, couvertures et chaussettes. Un avant-goût de ce que nous réservent nos délicieuses saisons… changeantes et imprévisibles.

Plus nous approchons plus nous sommes impatients de retrouver notre chez nous. Depuis quelques semaines déjà nous rêvons de camping et d’odeur de sapins, les paysages sont de plus en plus familiers et nous approchons avec bonheur vers notre terre natale. Nous pensons à nos lits douillets et aux bains chauds que nous prendrons et surtout à tous les êtres chers que nous reverrons. Des idées de décoration fourmillent dans nos têtes, histoire de se réapproprier notre maison, les filles dessinent leur chambre et pensent à leur aménagement et à la disposition de leurs souvenirs de voyage.

Ophélie a terminé avec succès ce qui était prévu au programme, maintenant les heures d’école sont consacrées à la révision et quelques parties d’échecs. Comme la lecture fait partie inhérente de son quotidien, nous ne tenons même plus compte de cette activité dans la comptabilisation de sa scolarisation. Nous sommes confiants que cette dernière année aura été riche en apprentissages divers et variés et que sa culture générale aura été largement bonifiée, ce qui sera sûrement positif pour son retour à l’école en septembre prochain.

Nous sommes maintenant à la marina d’Annapolis, l’escale finale pour notre bateau. La prochaine semaine sera consacrée au grand nettoyage de Projet bleu et à sa sortie d’eau. Nous profiterons aussi des environs pour faire quelques escapades touristiques afin de ne pas négliger l’aspect ludique de notre aventure. C’est pas parce qu’on s’en revient chez nous qu’on doit être à bout !

One Reply to “Sur le chemin du retour”

  1. Le soleil,la joie et mon coeur qui ressent l’essentiel qui est invisible pour les yeux puis qui devient si précieux….la merveilleuse poète
    que j’admire énormément Martine ainsi que son grand capitaine toujours fidèle au poste….sous les étoiles…Marc. Mes deux princesses comme vous êtes si jolies…et j’ai tellement hâte de vous revoir ZoéxxxxOphéliexxxx ps. xxxà lapidou
    A bientôt chers amis et bon retour!!!!!!!!!
    Votre ange gardien
    Madeleinexxxx

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *