Madère

Les commentaires entendus avant notre départ étaient un peu décourageants : pas de mouillages vraiment fiables autour de l’ile, le seul port situé à Funchal est toujours débordé et les places y sont limitées, on y pratique l’accostage à couple sur 6 à 8 rangées sans compter les risques de se faire souiller ou abîmer le bateau. Mais ces commentaires venaient de gens qui n’y étaient jamais allés, ceux qui avaient déjà visité l’île n’avaient qu’un désir : pouvoir y retourner. Comme nous n’aurons pas d’autres occasions à court terme de passer par les environs, nous décidons de visiter la région.

madere-28.jpg

Qu’elle se fasse appelée « Perle de l’Atlantique », « île du printemps éternel » ou « jardin flottant », Madère mérite chacun de ces sobriquets très évocateurs de la réalité rencontrée sur l’île. Ainsi nous avons été ébahis de voir autant de fleurs à cette période de l’année, les environs regorgent de jardins et les oiseaux du paradis poussent ici comme des pissenlits. Cette île volcanique est fertile jusque dans ces moindres replis et la culture en terrasse permet d’exploiter chaque parcelle avec soin. Bananes, figues, mangues, avocats, fruits de la passion poussent partout sans avoir à se soucier du soleil ou de l’irrigation.
Bien qu’Ophélie et moi avons eu une parenthèse Montréalaise de deux semaines, nous sommes restés plus d’un mois à Madère. Nous avons eu la très grande chance d’y recevoir Sébastien et Fany à quelques semaines d’intervalle. Nous avons profité pleinement de leur présence généreuse et avons eu beaucoup de plaisir à partager avec eux les belles découvertes de l’île. Bien que Sébastien n’y soit resté que quelques jours, nous avons pu visiter avec lui Funchal, quelques jardins et le téléphérique.

madere-30.jpg

Fany aura eu droit à 2 semaines très « liquides » et je ne parle pas que de la boisson ingurgitée mais aussi de la pluie déversée. Orages et pluies abondantes ont fait partie de son séjour, ce qui ne nous a tout de même pas empêchés d’explorer l’île en voiture et de profiter des quelques rayons de soleil récidivants. Nous avons fait un arrêt éducatif à Sao Vincente, en plus d‘un visionnement explicatif sur l’origine des volcans et plus particulièrement de la naissance de l’île, nous avons visité les grottes formées par l’écoulement de la lave. Plus d’un kilomètre de sentiers à parcourir dans le ventre du volcan. Puis, nous sommes tombés sous le charme de Porto Moniz et de ses piscines naturelles. Jouxtant la mer et construites entre les rochers, elles donnent l’illusion de se baigner dans les embruns océaniques. Le bruit des déferlantes et la mousse qui virevolte au-dessus de nos têtes sont un spectacle inoubliable. L’eau est à plus de 20 degrés et l’expérience fait davantage frissonner de bonheur que de froideur. Nous nous sommes payé le luxe d’une nuit à l’hôtel pour profiter pleinement de ce site magnifique. Situé à l’extrême nord-ouest de Madère, nous nous sentons au bout du monde et …. Nous le sommes vraiment !

madere-23.jpg madere-17.jpg madere-11.jpg madere-35.jpg

madere-20.jpg madere-21.jpg

madere-191.jpg

madere-22.jpg

Les levadas qui serpen tent l’île sont autant d’occasions d’explorer la montagne omniprésente. Cet ingénieux système d’irrigation permet de recueillir l’eau de pluie des montagnes et de la faire circuler dans toutes les zones exploitées. Ici pas besoin de chercher bien longtemps, pas un centimètre n’est laissé à l’abandon, l’île foisonne de terre agricole. En notre absence, Marc est allé inaugurer les nouvelles chaussures de randonnée de notre marcheuse en puissance, et j’ai nommé Zoé. Une balade toute en hauteur qui a donné quelques sueurs froides au paternel protecteur. C’est avec grande fierté que l’athlète de la journée nous a rapporté ses péripéties. Quelques semaines plus tard, la famille au grand complet expérimentait une autre balade dans les canaux indiscrets. Nous avons pu contempler différents paysages, de la campagne madérienne à la forêt d’eucalyptus en passant par les montagnes verdoyantes et les grottes rocailleuses. Tout simplement magique !

madere-24.jpg madere-25.jpg

Nous en avons profité aussi pour sillonner les nombreux jardins environnants : botanique, tropical, Monte, Santa Catarina pour ne nommer que ceux-là, on comprend pourquoi Sissi a choisi l’île pour se refaire une santé. D’ailleurs son prince fut béatifié par le pape Jean-Paul II et nous avons pu nous recueillir sur son tombeau. Les filles venaient tout juste de visionner le film, gracieusement offert par Martine, tu parles d’une coïncidence.

madere-8.jpg

Il y a aussi eu cette journée passée à Santana, région reconnue pour ses habitations triangulaires occupées par les premiers colons. La visite du parc thématique sera une occasion d’en savoir plus sur ces coquètes maisons. Mais le clou de la journée sera très certainement la rencontre des deux copines Emma et Anna. Jouer au parc, sauter en trampoline, visionner un film d’animation en 3 D tout ça c’est bien mais avec des copines qui parlent français c’est encore mieux !

madere-5.jpg madere-31.jpg madere-6.jpg madere-71.jpg madere-27.jpg

Accostés à couple, nous avons eu beaucoup de voisin s différents durant notre séjour : des écossais, des norvégiens, des américains, des anglais, des espagnols, des suédois, des allemands, des français… Les expériences ont été plutôt neutres dans l’ensemble si ce n’est de la rencontre très agréable de Nathalie et Laurent. Nous avons pris l’apéro à 2 reprises avec eux et comptons pouvoir les revoir aux Canaries. Leur bateau, Coup de soleil est aussi chaleureux qu’eux.

madere-101.jpg

Finalement, nous ne pouvions terminer notre escapade sur l’île sans y laisser notre trace sur le mur dédié aux navigateurs de passage. Durant notre absence, Marc a travaillé le croquis de l’oeuvre, acheté le matériel nécessaire et repéré l’endroit idéal pour accueillir notre talent brut. Malheureusement, pendant plus de deux semaines il a plu presqu’à chaque jour. Par deux fois, nous étions prêts à partir sans avoir réalisé notre empreinte colorée. J’aime croire que l’île nous a gardés chez elle jusqu’à ce que nous ayons pu immortaliser notre passage. Dès que l’oeuvre fut complétée, notre départ fut facilité. Tout arrive à point à qui sait attendre.

madere-14.jpg madere-15.jpg madere-26.jpg

Notre seul regret est de n’avoir pu naviguer avec Fany, nous lui avions tellement décrit les joies de la navigation de nuit, nos petits rituels de traversée. Nous lui promettons qu’elle sera dans nos pensées et espérons très fort qu’elle nous honorera à nouveau de sa présence dans les Antilles.

madere-9.jpg

One Reply to “Madère”

  1. Salut à vous quatre! Wow quel endroit merveilleux! J’aurais aimé avoir la chance de partager ce petit coin de paradis avec vous. Par l’intermédiaire de vos magnifiques photos j’ai quand même l’impression d’être un peu avec vous! Quelle bonne idée avez-vous eu de ne pas vous fier aux mauvais commentaires reçus! Quelle déception ça aurait été de n’avoir pu comtempler les merveilles de cet endroit enchanteur! Je continue de vous suivre dans votre aventure! Isa qui vous adore tous les 4 xxxxxxxxx

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *