L’éloge de la lenteur – chapitre 3

Nous sommes en compagnie de notre ami Benoit et nous apprécions sa présence au sein de notre petite cellule familiale, nous partageons avec lui de bons moments, de bonnes bouffes. Aujourd’hui, je me suis sentie coupable de ne pouvoir lui offrir plus rapidement des balades sur l’eau, je me disais que c’était quand même ce qui l’avait incité à venir nous rejoindre pour ses vacances… Puis son sourire m’a vite réconfortée, il m’a dit qu’il se sentait en vacances et qu’il était heureux d’être ici. Je l’ai cru, il ne peut pas mentir, c’est notre ami !
Citation de la journée :
Au souper, Benoit porte un toast mémorable :
« Je lève mon verre avant de lever l’ancre ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *