Je voudrais que ce soit toujours ainsi !

Comme la vie est belle et bonne pour nous, je dois me pincer pour réaliser que ce n’est plus un rêve. Le soleil est presque toujours au rendez-vous, ce n’est ni trop froid, ni trop chaud, les paysages rencontrés sont d’une beauté à couper le souffle et nous sommes tous heureux, en santé et en amour avec le reste de l’équipage… Plusieurs d’entre vous devez se demander ce qu’est la vie de famille en bateau où 43 pieds d’espace doivent être partagés à quatre… Évidemment, mon titre et mon introduction vous piste un peu sur l’état d’âme qui règne à bord mais voyons la question de plus près… Chaque fois que nous avons pris la mer avec des amis, nous revenions plus unis et en parfaite symbiose. La proximité n’était pas seulement physique mais aussi psychique, dans le même état d’esprit à vivre des moments riches et intenses. Chaque fois, l’équipage quittait le bateau avec une boule de souvenirs dans la gorge et planifiait déjà le prochain départ, la prochaine destination. Presque tous nos équipiers sont revenus naviguer avec nous régulièrement et festivement (mot que je viens d’inventer spontanément alors ne le cherchez pas dans le dico il ni s’y trouve pas encore !). Chaque fois c’est un bonheur renouvelé et toujours aussi apprécié. Alors avis aux intéressés ! Vous pouvez imaginer facilement que la recette s’applique avec notre petite cellule familiale. Être témoin chaque jour de la progression de votre marmaille, de voir s’épanouir tout un chacun quotidiennement et sans pudeur sous votre nez pendant que vous vous faites bronzer. devoirsurlepont.jpgIl y a à peine deux mois et demi que nous sommes partis et déjà nous sommes émus de constater l’évolution de nos poupounes adorées. Notre grande qui demande et réalise de plus en plus de responsabilités, qui s’occupe de sa soeur comme si sa propre vie en dépendait. La voir prendre Zoé par la main et l’accompagner sur les pontons et les quais au WC… Bien sûr, nous surveillons d’un oeil attentif mais nous demeurons discrets tant elle jubile de cette nouvelle confiance acquise. Il lui arrive bien sûr des petites aventures et elle n’est pas peu fière de nous les raconter à son arrivée et de nous expliquer avec moult détails comment elle a su se tirer d’affaire. Comme cette fois, où elle avait oublié les clés des toilettes … Dans les toilettes ! Elle a été voir un monsieur, lui a demandé poliment de l’aide et tout s’est réglé dans la fierté. Cette autre fois où Zoé dans un élan passionné d’avancer seule dans sa vie lui piqua une crise qui se laisse entendre à des kilomètres. Notre grande s’est assise à côté de sa soeurette chérie et l’a consolée avec baisers et câlins et toutes les larmes se sont envolées en douceur comme peu de mères d’expérience réussissent à le faire. Quelle est grande notre grande ! wetsuitporquerolles.jpg

Pour ceux qui connaissent Zoé, vous savez déjà qu’elle a pris tout son temps, et le nôtre, pour faire ses premiers pas dans la vie. Au début de notre voyage, elle avait encore le pied mal assuré et trébuchait à chaque faille et chaque bosse qu’elle rencontrait. Et dieu sait que les chemins en sont garnis par ici ! Son corps gardait des souvenirs de ses balades, des marques de pavés restaient gravées sur son front, elle cueillait les cailloux à même ses petits genoux et les traces bleues qui parsemaient ses jambes étaient une façon bien à elle de s’impliquer dans notre projet bleu ! Aujourd’hui, Zoé s’est rendue dans la calanque de Port-Pin en escaladant la montagne escarpée sans tomber ni trébucher. D’ailleurs, elle n’a plus aucun stigmate de ses excursions précédentes. Elle court maintenant avec assurance, la tête bien droite et prête à relever le défi de courser avec nous. Au début, on se prête au jeu mais c’est que les petites jambes gagnent du terrain et nous en perdons notre souffle… Tant nous en sommes émus ! Notre charmeuse câlineuse qui sourit à la vie et à tout ce qu’elle vit est désormais prête pour les longues promenades en terrain difficile, elle accumule les kilomètres à pied sans chigner et réussit à apprécier. Qu’elle grandit notre petite ! yo-man.jpg

2 Replies to “Je voudrais que ce soit toujours ainsi !”

  1. Chère Martine,

    Je remarque qu’il n’y a aucun commentaire sur les 3 chapîtres sur l’éloge de la lenteur et sur celui-ci. Peut-être est-ce normal, vu le côté personnel et intrésèque du propos.

    Je me permets de dire ici que personnellement, ce sont les plus beaux résumés à date de votre périple. Nous, lorsque nous ferons sur terre ce que vous faites sur mer, je veux retrouver ce bonheur, à chaque jour, cet abandon, cette confiance face aux gens que j’aime et à la vie.

    Merci de le partager Martine.

    Mario

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *