Corsica nous voilà !

Nous devions faire cette traversée début mai avec des copains, Benoit ou Nadine ou les deux… Benoit est parti avant qu’on est la chance de faire quelque navigation que ce soit et Nadine n’a pas pu nous visiter comme prévu… Et puis, nous avons accumulé quelques retards sur notre programme projeté à cause de nos papiers et puis il y a eu tous ces coups de vent qu’on dit anormalement nombreux cette année. Le vent a soufflé plus fort, plus souvent et nous en avons profité pour visiter la côte française avec grand plaisir et philosophie. Dernièrement, nous avons fait une longue escale de 9 jours à Port-Fréjus pour faire quelques réparations et investigations sur notre vaisseau avant notre grand départ.

DSC_1631Web.jpg DSC_1629Web.jpg

Après avoir complété le ménage, le lavage et l’avitaillement, nous sommes finalement prêts pour notre prochaine grande destination : la Corse.

Petit apéritif de 2 jours à Cannes, histoire de se balader incognito dans cette ville de stars. Nous nous sommes faits brassés comme jamais auparavant avec une houle de paquebot et de gros cruisers mais c’est surtout les petits machos qui passent à quelques mètres du bateau pour donner des sensations fortes aux dames qui les escortent qui nous a causé le plus de roulis. Nous y voyons même un avantage : nous serons amarinés avant de traverser. Nous profitons de cette baie baignée de lumière rosée et de ce concert gratuit de musique cubaine, nous y allons même pour quelques pas de salsa sur l’avant du bateau.

IMG_1087Web.jpg baie-de-cannes.jpg

Nous guettons avec attention les bulletins météo et espérons un vent du nord ou mieux encore du nord-ouest mais nous comptons surtout sur une bonne fenêtre météo avec juste ce qu’il faut de vent pour ne pas avoir trop de vagues. Les pronostics sont bons pour les prochains jours. C’est donc dimanche le 11 juin que nous décidons de lever l’ancre et de traverser. Nous estimons 19 heures de navigation pour parcourir ces quelques 100 milles nautiques et décidons de partir juste après avoir dîné soit vers 13 heures 30 de l’après-midi. Avec ces calculs, nous serons à Calvi vers 8 heures 30 le matin.
Dès que nous levons l’ancre, nous hissons les voiles et nous filons en moyenne à 6 noeuds pendant 3 heures, nous voguons au près sans trop giter mais avec un vent de 15 noeuds dans le nez. Ce n’est pas l’allure la plus confortable mais nous sommes tellement heureux de traverser, de naviguer à voile, de voir Zoé qui n’a pas le mal de mer… Puis, c’est le calme plat, nous partons le moteur et nous profitons de cette accalmie pour souper tranquillement. On regarde le soleil se coucher, on se brosse les dents, les cheveux, on raconte l’histoire, on chante la berceuse, bisous, bisous et on couche nos chéries pour la nuit. Je suis soulagée que cette première partie se soit si bien déroulée.

martine-a-la-barre.jpg
Nous assistons au lever de la lune qui s’est faite toute pleine et rouge pour notre grande première. Elle jaunit à mesure qu’elle s’approche des étoiles et nous guidera bienveillante toute la nuit. Je suis de veille et je regarde partout, bien emmitouflée dans ma couverture polaire. Georges* m’accompagne et je trouve sa présence aussi rassurante qu’utile. Un dauphin vient me saluer en plongeant sous mes yeux, j’observe les lumières des cargos au loin en devinant de par leurs feux de position quelle direction ils prendront. Rien à signaler mon capitaine si ce n’est que le vent est revenu à 11 heures 15 précises et qu’il est toujours de l’est depuis plus d’une heure avec une force variant entre 10 et 15 noeuds. Avant de changer de quart, j’aide Marc à monter les voiles pour profiter de ce souffle qui me semble assez régulier, je pars me coucher à 12 heures 45 et Marc prend la relève.
Il aura la vie moins facile que moi, d’abord le vent forcit jusqu’à 25 noeuds et souffle toujours à une allure inconfortable qui vient de l’est. Il galère seul toute la nuit pendant que je me couche avec les petites qui se sont réveillées par l’effet de la gîte. Leur cabine est à l’avant, c’est la plus spacieuse, la plus aérée, la plus éclairée mais elle se révèlera cette nuit-là la plus sensible aux secousses intempestives du bateau. Nous dormons collées par la force des choses et je crois qu’elles apprécient de plus en plus cette gîte amoureuse, elles retrouvent le sommeil le sourire aux lèvres.
Ne pouvant plus tenir le cap voulu, Marc a dû remettre le moteur après 4 heures d’intenses manoeuvres en solitaire. Malgré le bruit, les cabines s’agitent moins et je réussis à trouver le sommeil. Puis, Marc vient me réveiller, l’air complètement barbouillé à 6 heures du matin. Le soleil est déjà là et on peut contempler le relief très escarpé de cette Corse tant désirée. Ophélie vient me rejoindre vers 8 heures avec des étirements de chat et ce sourire qui en dit long sur ses premières observations. Elle fait la veille dauphins pendant que je surveille le cap, la route et … les dauphins ! Puis tout le reste de l’équipage finit par gagner le cockpit et contemple cette côte magnifique.
Les filles n’auront pas vu de dauphins cette fois-ci mais les imaginer leur aura permis de s’intéresser à eux et de s’instruire. À ce sujet, saviez vous que ces mammifères marins ont une bosse sur le front qu’on appelle melon, qui émet des ultrasons et leur permet d’évaluer avec justesse les distances qui les séparent de leurs proies, de leurs prédateurs ou des bateaux qu’ils aiment bien visiter ?
Nous ancrons à 9 heures 30 devant une plage presque déserte de 4 kilomètres dans la baie de Calvi, entourés des plus hautes montagnes de Corse, face au sommet toujours enneigé du mont Cinta qui culmine à 2 700 mètres. baie-de-calvi.jpg

Nous admirons Calvi, fortifiée et mordorée par cette lumière matinale et restons au bateau à contempler, profiter et se reposer… Nous sommes fiers d’avoir réussi notre première traversée de nuit à équipage réduit et nous remercions chaleureusement notre capitaine. Cette première navigation nocturne fut certes facile puisque nous n’avions qu’un seul cap à tenir durant tout le trajet mais cette expérience nous rassure beaucoup pour nos prochaines étapes.

Comme on dit :
Petit train va loin et petit bateau fait son chemin !

* Georges : c’est le nom que nous avons donné à ce fidèle équipier qui nous tient la barre à roue avec diligence et constance, notre très apprécié pilote automatique. Et pourquoi Georges demanderez-vous ? Et pourquoi pas, répondrons-nous !

6 Replies to “Corsica nous voilà !”

  1. Toutes mes félicitations pour cette belle traversée de nuit ! Merci pour votre captivante description détaillée. L’équipage, quoique quelque peu restreint en nombre, possède d’innombrables qualités et compétences pour affronter la Méditerranée en toute sécurité et confort. Bon séjour en Corse et bonne continuation. Benoit.

  2. Salut les Nouveau Colombs,

    Ca fait grand plaisir de lire l’histoire de votre voyage transatlantique. Je vois que vous êtes déjà rendus pas mal loin du point de départ et que l’expérience de mer s’enrichit rapidement.
    Surtout la navigation de nuit … ca doit être assez exigéant …

    En bref, selon les parôles d’un de nos dophins, tout est sous contrôle au bord 😉 s’il y a de quoi laissez-les savoir 😉

    kGB de METRO

  3. Ca fait grand plasir de lire l’histoire de votre voyage. Je vois que l’expérience de mer s’enrichit rapidement. La navigation de nuit, ça doit être assez exigéant, bien que Georges soit là.

    En bref, selon les parôles d’un de nos dophins ;)tout est sous contôle au bord, s’il y a de quoi laissez-les savoir 😉

    kGB de METRO

  4. Quelle fière allure Martine! Et quel professionnalisme Marc! C’est génial, pour quelqu’un comme moi qui ne connaît rien à la navigation, de pouvoir imaginer tout ce qu’implique une traversée, grâce à la précision de vos explications. Je suis très heureuse de voir que ma petite Zoé n’a pas souffert de mal de mer… Je vous souhaite vraiment de rencontrer des dauphins…c’est mon rêve de petite fille!
    Bonne découverte de la Corse et profitez de toute cette beauté qui s’offrira à vous.
    Je vous embrasse,
    Céline

  5. Bien le bonjour a votre belle famille!

    Quel raffinement dans votre écriture… Vous me faite rêver. Quel beauté d’images vous nous faites voir WOW hallucinant!!!

    Je vous souhaite énorméments de bonheur, profitez bien! Et surtout continué votre beau travail.

    Vous êtes des poêtes et des magiciens

    En passant MARC ET MARTINE vous êtes chouette avec vos lunettes (des stars quoi?).

    Vous m’avez reconnue! Allez a la prochaine.Oups! j’oublais bonne fête des pères Marc.

    Chantal

  6. Bien le bonjour a vous tous!!

    Wow!!! quelle aventure vous me faite vivre la, vous êtes des poêtes et des magiciens d’images…OUF!!!

    Vous me faites rêver, continuez votre beau travail car je vais devenir accros de votre lecture.

    Contente de voir que les filles aime leur voyages et que le mal de mer se place (serait pas le cas pour moi)

    Suis bien contente d’avoir de vos nouvelles.
    En pasant vous avez l’air des stars avec vos lunettes vous autres. LOLL
    Ha! Vous m’avez reconnue la?

    Portez-vous bien et que le ciel vous bénissent.

    Chantal

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *