Chronique d’une maîtresse annoncée

Je me suis improvisée maîtresse d’école pour ma plus vieille qui est en première année… En fait ce n’était pas réellement de l’improvisation puisque j’ai tous les livres prévus dans le programme, Marie-Rolande, une copine enseignante au primaire m’a donné beaucoup de matériels et de conseils, je me suis procurée le programme du gouvernement avec la liste des acquis et surtout je me suis fiée à mes talents de formatrice… pour adultes. Il y a une différence entre la pédagogie et l’andragogie et je ne voudrais pas vous faire un laïus sur le sujet mais plutôt vous entretenir de mon expérience de mère enseignante.
Ophélie est une enfant douée, allumée avec une mémoire extraordinaire. Je me faisais une joie de lui enseigner, j’avais préparé le matériel en le mûrissant et en le savourant presqu’à l’avance. Quelle ne fut pas ma déception de constater que le plaisir même s’il était partagé, n’avait pas la même intensité.
Il faut dire qu’en voyage, il est difficile d’avoir une routine, en fait c’est un peu ce que nous avons cherché à fuir dans les premières semaines de nos vacances. Or, même si c’est un bonheur pour une enfant de faire la classe au musée, à la librairie, à la confiserie, au parc ou à la plage ; il faut aussi considérer que lorsqu’on revient chez soi, cela signifie que l’on doit faire des devoirs à des heures flexibles, dans des conditions toujours différentes et pas toujours dans le meilleur état d’esprit. Ainsi, il peut arriver qu’il y ait quelques ratées…
C’est ce qui m’est arrivé il y a quelques semaines ! En quelques mots, Ophélie a testé l’autorité parentale et le système scolaire dans la même journée. Pour m’en remettre, j’ai dû faire environ 12 km de vélo dans les montagnes en moins de 30 minutes en plus de prendre de très grandes respirations pour me calmer. Dès le lendemain matin, j’ai repris quelques trucs utilisés à l’école soit le calendrier de bonne conduite avec un soleil pour les bonnes journées et un nuage pour les moins bonnes. Évidemment, à la fin de la semaine, le tout s’accompagne de devoirs supplémentaires si le temps est nuageux et de récompenses s’il est ensoleillé. Un truc vieux comme Pavlov !
Ça été un premier pas dans la bonne direction puisque suite à ce calendrier ses efforts pour réussir étaient visibles et bien concrets. Mais j’ai quand même fait mon petit examen de conscience et me suis avouée à moi-même que j’étais très exigeante avec elle voir même quelque peu perfectionniste… (Je sais que ça ne surprendra pas beaucoup de gens qui me connaissent mais un voyage ça transforme peut-être mais il semble que la nature prend le dessus !) .
Il faut que j’apprenne à la voir apprendre, à faire des erreurs et à être une enfant ! À avoir des bonnes et des moins bonnes journées et à la féliciter même si je sais qu’elle peut faire mieux.
Pour résumer, je dois avouer qu’en premier lieu elle lit extrêmement bien, très vite, des lectures difficiles et variées en y mettant l’intonation et en faisant ses liaisons. Elle a lu plus de 60 livres depuis que nous sommes en voyage ! Elle écrit très bien, sait écrire tous les mots prévus dans le programme et beaucoup d’autres… Elle a appris à compter jusqu’à 100 sans faire d’erreurs, elle sait lire l’heure, elle sait compter par dizaine, connaît la différence entre les unités, les dizaines et les centaines, elle ne fait pratiquement aucune erreur dans ses additions et ses soustractions. Bref, elle a fait beaucoup de progrès mais c’est surtout sa culture générale qui se multiplie et en plus à une vitesse vertigineuse…
Par exemple aujourd’hui elle expliquait à sa soeur Zoé l’histoire de la mythologie grecque en lui nommant tous les dieux et leur signification. Je l’écoutais attentivement en faisant la vaisselle et j’étais gênée de ne pas savoir le quart de ce qu’elle lui racontait… Pour l’histoire du soir je leur ai lu le fameux livre pour me mettre dans le coup. Et bien ce livre de 160 pages illustrées, elle l’a lu au complet et a retenu plus de 80 % de ce qui était inscrit… Impressionnant non ? Ce n’était qu’un exemple !
Saviez-vous que le premier dieu était Chaos ?

2 Replies to “Chronique d’une maîtresse annoncée”

  1. Mouais,

    le Chaos n’est pas que le premier Dieu, c’est aussi une famille de Boucherville… 😉

    Si elle continue comme ça Ophélie va être mure pour l’Université en rentrant…

    Quel bonheur de vous lire

    Biz a tous

    Mario

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *