Calvi nous voici

Lorsqu’on arrive du large, notre oeil est d’abord attiré par la chaîne de hautes montagnes et comme l’un de ses sommets est encore enneigé, l’impression de hauteur est décuplée.

baie-de-calvi.jpg

Puis, on devine la côte par son célèbre maquis* qui laisse échapper différentes odeurs épicées et florales. Soudain, apparaît cette citadelle sur son promontoire rocheux qui a encore plus joli teint dans la lumière du matin.

IMG_1116Web1.jpg

Le lendemain de notre arrivée dans la baie de Calvi, nous avons visité la citadelle qui offre de magnifiques points de vue sur la mer.

baie-calci-web.jpg les-filles-calvi-web.jpg

ophelie-calvi-web.jpg

Une cathédrale, un oratoire, des rues qu’on pense piétonnières tant elles sont étroites et couvertes de similis pavés. Je dis similis pavés parce que ce sont des roches grossièrement posées il y a sûrement fort longtemps et elles sont un vrai cauchemar pour mes chevilles encore faibles.

calvi-web.jpg

zoe-calvi-web.jpg filles-rue-calvi-web.jpg

Cet inconvénient n’enlèvera absolument rien à notre fascination pour cette superbe ville, nous déclarons donc familialement que nous aimons la Corse et que sa réputation n’est pas surfaite. La basse ville n’est pas en reste, elle offre aussi de très beaux coups d’oeil sur le bleu de la mer et possède une église rose ornée de dorure qui ressemble plus à une bonbonnière qu’à un lieu de prière. Plusieurs boutiques, cafés et restos et un Super U qui nous permet de faire le plein de provisions à petits prix avec un choix très intéressant de produits locaux. Comme notre parcours touristique est aussi gastronomique, nous nous procurons différentes variétés de miel Corse qui est l’un des seuls à détenir une AOC, des saucissons, des fromages, de la confiture de cédrat (sorte de citron qu’on ne retrouverait qu’en Corse), des pâtes à la farine de châtaigne (spécialité régionale) et toutes sortes de pâtés, craquelins divers et variés aux saveurs locales.

saucisson-corse-calvi-web.jpg
Le lendemain, difficile de ne pas offrir quelques heures de plage à nos fillettes puisqu’elle les appelle depuis maintenant deux jours et ma foi cette piscine cristalline se laisse désirer. Elles pourront se baigner longuement, les faibles profondeurs lui donnent encore plus de chaleur. Je devine que la température de l’eau doit être à 24 degrés parce que celle du large est maintenant annoncée à 21 degrés. C’est une sacrée remontée puisqu’à notre arrivée, l’eau n’était qu’à 14 degrés !
Après avoir désalé, savonné et parfumé nos corps nous passons la soirée en ville pour profiter du festival de Jazz qui commence. Nous allons à un concert en plein air dans la petite place garnie d’un coquillage et de quelques gradins. Amis du Québec ne comparez pas ce festival avec celui que nous vivons chaque été à Montréal depuis quelques années, Calvi est une ville de 5 700 habitants et nous sommes encore dans l’avant-saison touristique. Il n’y a que 2 concerts gratuits, l’autre est à l’oratoire mais nous nous y sommes pris trop tard. Nous nous payons un burger-frites sur une terrasse avec vue sur le coucher de soleil dans un resto de la citadelle.
Pour profiter des odeurs si typées du maquis, nous partons pour une belle balade en tortillard, sorte de petit train à 2 wagons qui serpente la côte jusqu’à l’île Rousse. Ses fenêtres ouvertes nous permettent de faire le plein d’odeurs terrestres et nous atteignons notre destination en moins d’une heure. Nous pique-niquons dans un parc pour que nos filles frayent avec d’autres enfants un petit moment. Ce n’est pas long qu’elles se lient d’amitié avec une mignonne Camilia de 4 ans. Puis nous visitons cette petite bourgade et apprécions cette grande place bordée de platanes où les vieux se rejoignent le temps d’une partie de boules…

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *