Ça roule

Nous sommes au mouillage dans la baie de Puerto Colom, un environnement qui n’est pas des plus bucoliques mais qui offre beaucoup de possibilités pratiques comme plusieurs petits magasins à proximité et une connexion internet pour 48 heures à un coût des plus compétitifs. Nous apprendrons par courriel que notre bonne copine Martine viendra nous rejoindre dans 6 jours à Barcelone… Il y a beaucoup de fébrilité à bord, nous commençons à compter les dodos et à planifier l’itinéraire pour nous y rendre. Nous préparons avec attention son accueil, son programme de vacances et le ménage de sa future chambre… Allez hop ! Et que ça roule !
Depuis quelques jours je prépare notre escale à Palma de Majorque, une très grosse ville avec beaucoup de choses à voir et à visiter, de l’immense cathédrale gothique au train qui nous mène à Söller à travers des paysages qu’on dit grandioses. Nous naviguons depuis déjà un bon moment et nous voyons atterrir des avions à la queue leu-leu à toutes les 5 minutes, nous calculons que si chacun de ces gros charters contient environ 200 passager et que nous en avons vu 20 atterrir en 1 heure 30, nous venons d’assister au débarquement de 4 000 passagers à Palma… Ça vous donne un petit indice de l’activité touristique de l’endroit ! Nous arrivons au port et tout est plein pour les 4 prochains jours dans les 4 marinas de la ville… Il y a un grand événement nautique : la coupe du roi, une régate de luxe qui bat son plein. Nous décidons de mouiller tout juste devant l’imposante cathédrale et ce malgré le roulis. Nous pensions naïvement que nous étions habitués et que nous pourrions endurer, sans trop de difficultés, ce léger désagrément… Nos petits anges se sont bien accommodés de ce berceau géant mais Marc et moi n’avons pas réussi à retrouver dans nos souvenirs d’enfance le bien-être d’antan et avons subi ce roulis avec tout l’inconfort que nous confère notre statut d’adultes aguerris. Le lendemain, nous déguerpissons sans demander notre reste. Allez hop ! Et que ça roule !

cathedrale-palma.jpg

Nous partons chercher refuge dans l’avant-port d’Andraitx, une paisible petite baie sise au creux des montagnes verdoyantes, le paysage est enivrant et nous ne sommes pas les seuls à avoir eu cette bonne idée. Il n’y a pas beaucoup d’abris par mauvais temps sur cette côte et toutes les places au port sont prises alors il faut jouer de l’ancre pour se frayer un chemin sans accrocher nos voisins… Les environs du port sont tout à fait charmants. Nous prendrons un bus pour visiter Andraitx qui est à environs 4 kilomètres et nous prolongerons la balade pour admirer à satiété le paysage escarpé garni d’orangers. Arrivés à Andraitx, nous sommes un peu déçus, la ville est déserte et ses environs semblaient plus prometteurs. Nous prenons le temps de savourer une glace aux amandes, spécialité locale, délicieux ! De retour au bateau, nous aurons droit à une douche gratuite à ciel couvert, je prendrai un cliché inédit de mon mari en pleine action avec le savon sur la jupe…du bateau. Vous comprendrez que je garde pour moi ce précieux souvenir ! Allez hop ! Et que ça roule !

andraitx-4.jpg andraitx-2.jpg

andraitx-3.jpg
Connaissez-vous la différence entre tanguer et rouler ?

– Tanguer : c’est l’action du bateau lorsqu’il est face aux vagues, nous avons alors la sensation de monter et de descendre, ce mouvement est appelé le tangage. Parfois en redescendant le bateau peut taper et faire un bruit assourdissant.

Rouler : c’est l’action du bateau lorsqu’il est de travers aux vagues, nous avons la sensation de rouler sur le côté, ce mouvement est appelé le roulis*. En général, le roulis est plus inconfortable que le tangage.

* Roulis est aussi utilisé dans l’expression « avoir le roulis » c’est lorsqu’on redescend à terre et qu’on a encore l’impression de vivre les mouvements du bateau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *