Auto, pueblo et flamenco

Une myriade d’hôtels bigarrés se partage les milliers de kilomètres de plages, paravent peu discret faisant ombrage, malgré le soleil toujours fidèle, à l’ondulation de la côte qui se profile à l’arrière-plan. Ces montagnes, tantôt verdoyantes, tantôt désertiques nous attirent et nous sommes impatients de découvrir les trésors qu’elles recèlent… Nous sommes un peu las de la côte espagnole, ses marinas avec piscine, bars-terrasses et parc d’amusement en milieu fermé peuvent plaire un certain temps mais ne réussit pas à assouvir notre besoin de découvrir l’authenticité de cette magnifique contrée. Nous voulons maintenant vivre l’Espagne de l’intérieur.

andalousie6.jpg

Après avoir annoncé en primeur à nos proches que nous avions l’intention de visiter Grenade et son célèbre Alhambra, nous bifurquons au dernier moment. Nous décidons de louer une voiture et d’arpenter la montagne en direction de Ronda et des villages blancs d’Andalousie. Nous ne regrettons pas notre choix, Ronda est magnifiquement perchée à flanc de montagnes.

andalousie9.jpg andalousie23.jpg

andalousie4.jpg

Nous découchons dans un charmant hôtel typique de la région, les filles retrouveront les joies d’un bon bain moussant et d’un vrai lit. Stimulée par ce nouvel environnement, Ophélie ne s’arrête pas de ranger son nouveau chez-soi.

andalousie15.jpg

andalousie14.jpg

Nous siestons longuement puis nous parcourons les rues abruptes de la vieille ville à la recherche d’un resto. Nous trouvons enfin épuisés et affamés.
andalousie2.jpg andalousie21.jpg

andalousie1.jpg andalousie17.jpg

Puis nous vivrons l’une de nos plus belles soirées… Spectacle de flamenco tout en intimité et en intensité dans un décor inspirant. Chacun de nous se choisira une danseuse que nous accompagnerons du regard toute la soirée, en ayant l’illusion d’en connaître un peu plus sur ses origines, sa vie et son tempérament. Épaules et tête bien droites, regard fixe perdu au loin, mains agiles et gracieuses, mouvements frénétiques des pieds qui piétinent le bois pour le faire résonner au son de ce chant langoureux mais ô combien limpide. Il y a de la couleur, des froufrous et de la dentelle mais rien de tout cela ne semble ici superficiel. Mais conseil d’amie, n’essayez pas ceci à la maison… Vous risquez de recueillir plus de fous rires que de frissons !

andalousie24.jpg andalousie18.jpg andalousie19.jpg

Le lendemain, nous profitons pleinement de notre bagnole, sensations garanties tant au niveau de la hauteur où nous nous trouvons que de la petitesse des ruelles que nous parcourons. On fait le tour de long en large et de haut en bas et traversons d’éclatants pueblos blancos… Nous ferons l’agréable découverte d’une ville musée parsemée d’oeuvres d’art. Avec la montagne comme écrin, ce collier de perles nous ravis.

andalousie12.jpg andalousie11.jpg andalousie7.jpg andalousie25.jpg

One Reply to “Auto, pueblo et flamenco”

  1. Magnifique la photo en noir et blanc-jauni.
    Magnifiques les sujets québécois sur ces « portraits ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *